Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #montlauzun tag

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms

Publié le par ulysse92

Astuce :  Vous pouvez cliquer sur les mots en gras soulignés qui vous emmèneront vers un site pour plus d’informations :-)
N'hésitez pas à me laisser un commentaire ou à partager l'article.

Chaleureusement

7h30 du matin.
Attablé avec Thierry pour un café, j écoute Eileen, l hôte des lieux nous parler de la réfection de cet ancien presbytère abandonné par le temps.
Il est vrai que venir vivre à Montlauzun demande de l envie et du courage.
Un paysage magnifique avec ces quelques âmes tapies sur ce promontoire, bercé par les vents. Elle nous emmène dans son salon, belle pièce avec pierres apparentes d époque, d'un coté.

Mes sens sont un peu en alerte à chaque fois je sens une vibration particulière,comme un contact avec l invisible qui titille mes perceptions. Thierry perçoit aussi cette particularité et l hôte nous fait lever les yeux sur un symbole peint sur le mur.

 

Fascinant! le symbole d'un œil dans un triangle avec des rayons de lumière semble rappeler " l oeil de la providence , "l'œil omniscient", peut être en rapport avec la franc-maçonnerie, ou plus anciennement avec l'oeil d'Horus. Ce ne sont que des idées, non des certitudes. Vos commentaires constructifs seront les bienvenus.

La seule chose dont nous soyons sûrs, c est de la vibration présente dans cette pièce et plus précisément sous ce symbole, comme une sorte de puits d énergie. Nous lui en faisons part, l un et l'autre. Devant notre "sensibilité" face a cette pièce, elle nous raconte qu'après s être casse la jambe, elle passait ses journées ici en convalescence et qu'elle s était remise sur pied très vite, au grand étonnement de son médecin.

De retour dans la chambre, je me rends compte qu'être venu ici était magique, tant dans la découverte de cette pièce avec ce symbole ésotérique, que la rencontre avec Thierry nourrie de nos échanges Je pars le dernier, enjoué par ces révélations du matin!

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms

Après avoir un temps pour admirer la vue su le plateau du Quercy, je redescends lentement à travers de longs chemins boisés, méditant sur ma rencontre d'hier soir et sur cet étrange symbole que nous avons vus ce matin.

Je remercie ma petite voix intérieure de m'avoir poussé jusqu'à ce lieu tout en continuant à cheminer en direction de LAUZERTE.

La douceur matinale a laissé la place aux températures estivales et je suis bien content de longer les sous-bois pour garder un peu de fraîcheur.

Pourtant, ce n'est pas la forme, côté pieds ! Les pieds chauffent rapidement, malgré des super chaussettes de compétition, des chaussures récentes que j'ai déjà utilisées un peu.


Cela fait partie des désagréments et je pense qu"aujourd'hui, je vais alléger l'étape pour me reposer un peu et voir d'ou vient le problème de ces pieds car je me dois d'en prendre le plus grand soin. Jamais avant je ne leur avais consacré autant d'importance, mais sans eux je ne vais pas avancer !

Le chemin réserve aussi de belles surprises.

Bien que je sois seul bien souvent, il m'arrive aussi de faire de belles rencontres.

Celui ci était vraiment intéressé à m'accompagner sur le chemin, mais à mon grand regret, j'ai du décliner l'invitation. 

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms

J'arrive au pied de LAUZERTE, village juché en hauteur sur une colline qui doit donner une belle vue d'ensemble sur la région.
L'accès à pied vers ce village se mérite, et  après une bonne montée qui réveille tous vos muscles endoloris, je débouche sur une belle place que quelques randonneurs ont déjà investi pour se rafraichir autour d'un verre.

Je passe voir l église de Lauzerte, qui m'accueille par sa fraicheur et son silence.

Je pose mon sac, désireux de profiter de ce calme ; une personne près de l'orgue, que je n'avais pas remarquée,  se met alors à jouer des morceaux légers, enveloppants, caressant mes sens et me plongeant dans une sorte de méditation ou la notion de temps disparaît.

Il me semble être resté là une bonne vingtaine de minutes avant que la porte d'entrée grince, mue par un visiteur, ou je vois  comme une invitation à lever le camp.
 

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms

Je cherche une pharmacie et renseignements pris, il n' y en a pas.
La seule existante est en bas, au pied de cette colline que je viens de gravir.
Hors de question de redescendre pour remonter après. Rien d'y penser, mes muscles se révoltent en me rappelant des douleurs endormies.
Le gérant du bar, pris de sympathie, me dépanne gentiment de sparadraps et de désinfectant pour mes pieds qui ont besoin de réconfort.
Assis, je me prélasse à cette terrasse devant un perrier menthe.
Les bulles dansent dans le verre tandis que je regarde ou je pourrais bien dormir ce soir.
Je sens qu'aujourd'hui sera une étape courte.
Intérieurement et physiquement, je me sens fatigué. Je dois écouter mon corps
DUFORT-LACAPELETTE me paraît un bon point de chute pour cette étape courte qui va me permettre de récupérer.

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kmsCOMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms

Avant de reprendre la route, je passe voir le jardin du pèlerin qui ne retient pas beaucoup mon attention.
Malgré une belle vue des environs, le reste me paraît sans saveur ; peut -être un effet de la chaleur.
Je redescends pour aller 4 kms plus loin en direction de la chapelle Saint-Sernin, petite bâtisse romane du 11ème siècle, nichée au coeur des bois à 240m de hauteur.
Bien que le chemin soit parfois au frais  en sous-bois, ces montées et descentes me sollicitent plus que d'habitude. Le corps n' y est pas, le coeur non plus !
Je passe devant l'église, remplis ma gourde pour lutter contre la soif et continue le chemin.

La partie de bitume semble brûlante.
Je bois régulièrement , me mouille la nuque, la tête pour ne pas attraper un coup de chaud.
3, 5 kms faits de poussière ou mes muscles semblent fatigués de répondre. Le ciel est chaud, le paysage semble sec et j'avance sur un petit  rythme de fatigue ou mon sac me semble bien plus lourd tous les 10mns.
Ca arrive , me dis-je." Ton corps te parle et réclame une trêve, une étape plus douce.
Aprés avoir gravi ce chemin qui passe devant "l'Aube nouvelle," je marque un temps d'arrêt.
je rentre dans le jardin pour me poser et boire quelque chose de frais. Quel bonheur de poser ce sac sur cette vieille chaise.
Curieux, cet endroit! Cette maison de maître semble être restée figée dans le temps, dans son époque, comme si on avait voulu que le voyageur fasse une halte dans le passé de cette grande dame, prête à nous conter ses souvenirs.
Je reste là une demi-heure à me poser, me laisser bercer par ses murmures qui chantent dans les arbres.
Déja 17h ! Irruption brutale du temps qui me rappelle que je dois rapidement trouver un logement pour ce soir. Pas de réseau ici.
Je prends le sac et remonte le chemin pour passer quelques appels.
Tout en regardant cette demeure impassible plus bas, tous les gites sont complets à 5 kms à la ronde.
Je sais que Thierry dort là ce soir mais c est le double de mon budget habituel.
"Si le chemin c 'est sortir de ses schémas habituels, de s'ouvrir à de nouvelles expériences, d'accord, mais pas tous les jours ".. dis je en silence.
Me voici de retour dans cette grande maison , ou la propriétaire des lieux me montre ma chambre spacieuse ou je profite de prendre une longue, longue douche pour me nettoyer de cette journée.
Après la phase soin,  la tenue propre et les sandalettes aux pieds, je descends profiter de la douceur du soir dans le jardin ou glisse sur les murs de la musique classique.

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kmsCOMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 7 - MONTLAUZUN - DUFORT LACAPELETTE : 18 kms

C'est exceptionnel et je me rends bien compte de cette magie du soleil couchant, accompagné dans sa course sur fond de musique classique.
Un bonheur que je savoure seul longtemps. J'en profite pour regarder mon parcours demain.
Après une bonne nuit de sommeil, je vais pouvoir aller au moins jusqu à MOISSAC , voire même plus.
Finalement, cette halte forcée est peut-être une bonne chose.

C'est l'heure du repas et je fais la surprise a Thierry en m'installant à sa table.
Nous allons faire un bon repas, agrémenté de quelques verres de vin ou nous allons parler, pendant des heures, de nos chemins respectifs, de spiritualité, de développement personnel ; tout cela, en tout simplicité dans cette maison de maître qui nous berce de son calme.

Nous allons nous coucher, repus de tous nos échanges.
Seul dans la chambre, avant de m'endormir, je repense à ce texte sur le chemin , lu ce midi
et me dit que ce chemin me réserve encore bien des surprises.

 

Voir les commentaires

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kms

Publié le par ulysse92

Astuce :Vous pouvez cliquer sur les mots en gras soulignés qui vous emmèneront vers un site pour plus d’informations :-)
N'hésitez pas à me laisser un commentaire ou à partager l'article.
Chaleureusement

21 septembre 2016

La nuit est vite passée, comme un tunnel dans lequel on rentre pour en ressortir aussi vite.
Pas d’inspiration nocturne.
Je m’habille après une rapide toilette et rejoins Jean-Marc, Catherine et Jocelyne en train de déjeuner.
Après quelques échanges courtois et un rapide café pour moi, on se souhaite chaleureusement un bon chemin qui nous portera chacun et chacune vers une destination différente.
Le chemin, bien souvent me rappelle nos lignes de vies, faites de rencontres, de parcours qui se croisent et se séparent, de moments clés, de doutes, d’instants fulgurants de compréhension pour nous permettre d’aller vers qui nous sommes vraiment.
Sur cette pensée, je quitte le gite pour descendre au ralenti ce sentier qui serpente dans la forêt.

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kms

L’air est empli de ces senteurs matinales devant les rayons de soleil qui dansent sur le dos de Dame Nature.
J’aime sentir ces odeurs de bois, de fougères ou herbes mouillées, entendre ces chants d’oiseaux ou ces craquements furtifs d’une bête invisible qui nous observe.
C’est un spectacle d’une telle vibration que j’avance sans bruit pour ne pas en troubler le déroulement.
Je retrouve Jean-Marc 3 kms plus tard à LABASTIDE-MARNHAC autour d’un café en extérieur.
Nous prenons un peu le temps de parler et je sens en lui un homme qui, toute sa vie, n’a pas pris le temps de chercher en lui des réponses. Sa vie s’est déroulée tel un fil parmi d’autres, et aujourd’hui il semble attentif à toutes ces petites choses qui viennent briller dans son quotidien.
Cela me rappelle un paragraphe dans l’alchimiste de Paulo COELHO, ou le regard d’un homme observant le désert se transformait au fil des jours tout en entretenant le feu pour devenir alchimiste lui aussi. 
Je quitte Jean-Marc en lui disant au revoir.
Je sais que nous ne nous recroiserons pas mais espère que sa flamme allumée en lui brille plus fort chaque jour.

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kms

Les kilomètres s’enchainent essentiellement sur des sentiers forestiers  jusqu’ à LASCABANES.  

Je me surprends à observer le ciel d’un bleu pur, avec les nuages ou chemtrails aux formes étranges qui semblent vouloir dire, me dire quelque chose.
Non, ami lecteur, ce n’est pas le début d’une crise mystique mais simplement une sensibilité poétique exacerbée par la magie des paysages et l’immensité du chemin que je parcours seul.


Après avoir fait le plein d’eau, je marche, sous un soleil de plomb, jusqu’ à la chapelle Saint-Jean, posée majestueusement autour d’un ilot d’arbres

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kmsCOMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kmsCOMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kms

Je prends le temps de la visiter, avant d aller voir la fontaine miraculeuse plus bas.
Il faut vraiment le savoir car cette fontaine est des plus ordinaires, ou même quelques guèpes viennent s'abreuver..
J en boirai un peu pour emmener avec moi un peu de cette magie.

Je repars ainsi pour 7 kms jusqu à MONTCUQ
. Les pieds souffrent, le corps aussi et une petite pause dans le village me semble  indispensable.
Après un tour a la pharmacie pour une pommade pour les pieds, je m autorise une bière à l ombre d un parasol.
Il est plus de 16h30 et ces premières gorgées sont une cascade de fraîcheur.
J étends mes jambes.
Je suis bien ici à me poser. Autour de moi, des locaux, un pèlerin anglais arrivé au terme de sa journée, qui me sourit.
Je regarde le parcours..ça fait 25 kms que je marche.Mon corps commence à me lancer des signaux de fatigue.
Instinctivement, je sens que je dois encore avancer un peu.
Pourquoi ? je n en sais rien.
Elle me fatigue, cette petite voix intérieure souvent silencieuse mais qui soudainement me dit : " MONTLAUZUN, c est bien !"

J'appelle. Ils ont de la place.
Je remets le sac à dos et relance la machine.
Hmmm..mon corps est crispé mais le soleil est là ! Laissons nous porter par l'aventure !

La route me réserve de bonnes descentes alternant avec de gros "raidillons" jusqu a ROUILLAC.

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 6 - GITE DES MAHIEUX - MONTLAUZUN : 32,5 kms

Je me pose sur un banc boire de grandes rasades d'eau et visite cette petite chapelle de ST Pierre de Rouillac du 12ème siècle dans laquelle veille une vierge noire, impassible face au temps qui passe.
Encore 4 kms avant d'atteindre MONTLAUZUN sous une chaleur ou j'ai l'impression de marcher sur du goudron brulant.
Que de montées ! Je crois que j'ai  attrapé une indigestion de montées par ci , montées par là !
Le gite tenu par un charmant couple d'Anglais dévoile une vue sublime sur les plateaux du Quercy Blanc, belle récompense pour tous ces  efforts, couronnés par  un lit , seul dans cette grande chambrée un peu rustique.

Une longue douche réparatrice, mon auto massage indispensable des pieds et un bon repas en compagnie de Michel et Thierry( un numérologue avec qui je vais vite sympathiser ) feront de cette soirée, une belle soirée champêtre ou j'irai saluer les étoiles avant d'aller me coucher.

C'est beau, le Quercy sous une nuit pétillante d'étoiles !

Voir les commentaires