Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par ulysse92

Bonjour,
J'ai le plaisir de partager avec vous une nouvelle étape du chemin de Compostelle.
Dans cet article, vous pouvez cliquer sur les mots en gras soulignés qui vous emmèneront vers un site pour plus d’informations :-)
Bonne lecture !

 

Retrouvez moi sur ma page Facebook : quelques pas sur le chemin :-)

souvenir de pelerin !

souvenir de pelerin !

29 septembre 2016

Dernière nuit sur le chemin.
Ce sont mes premières pensées quand je me lève à 7h
Mon sac est déjà prêt et je descends régler ma nuit, savourer un café en observant l'arrivée des autres pèlerins tantôt endormis, tantôt pressés de repartir au plus vite comme si le train de la Vie allait partir sans eux.
Je remercie les propriétaires de la demeure et sac sur le dos, sors humer l'air ou se profile derrière quelques nuages une belle lumière promettant une bonne journée.

lumière du matin
lumière du matin

lumière du matin

Dans cette douce lumière du matin , je récupère le chemin pour faire une halte 5 kms plus loin  visiter l'église de Lanne-Soubiran.Une personne dans cette commune met en libre service du café, des gâteaux avec un boite ou vous laissez une participation libre.
Cette démarche est vraiment appréciée lorsqu'on marche en journée et chacun devrait avoir ce geste de laisser quelque chose pour simplement remercier, ce qui souvent n est pas le cas. Cela fait partie de l'esprit du chemin.
 

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kmsCOMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kmsCOMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kms


Le temps est à la flânerie et j'avance tranquillement, tandis que la température extérieure m'a déjà encouragé à passer au tee-shirt, qui lui aussi souffre de ma chaleur corporelle.
Le paysage alterne entre chemins boisés, champs de mais et le vignoble de SAINT MONT jusqu à LELIN LAPUJOLLE,
un petit hameau qui se dessine en haut d'une côte après quelques serpentins goudronnés.
.

 

Une petite halte pour remplir les gourdes, se poser quelques minutes sur un banc et déjà j'ai quitté ce hameau pour m'enfoncer sur des routes désertes, sans âme qui vive
Il fait chaud, et je sens même la chaleur sous mes pieds qui doivent trouver les chaussures un peu étroites.
ca y est ! je rejoins ce chemin qui longe la voie de chemin de fer. Je me rappelle que sur le plan, je l'avais trouvé plat et interminable.
Eh bien! c est vrai !

 

Sous le soleil, c est long une ligne droite.
En fait, les lignes droites m'ont toujours ennuyé.
Çà n' a pas de forme, ça ne surprend pas, ça ne vous met pas dans l'effort
C est un peu comme la Vie ou l'horizon serait le même au fur et à mesure que vous avancez.
Comme on est en ligne droite et que nous avons du temps, je vous fais la démonstration inverse;
Rien n'est plus apaisant qu'une ligne droite, ou ayant en point de mire l'horizon, vous pouvez baisser votre garde, relâcher votre attention. Vos pas deviennent réguliers, comme un roulement de tambour qui vous berce et ouvre les portes de votre jardin intérieur pour vous asseoir et contempler le paysage de vos pensées.

Alors !  ligne droite ou pas ?

invitation a la détente en ligne droite

invitation a la détente en ligne droite

barcelonne sur gers
un peu d ombre !


Je reprends le sentier de l'Adour pour me rapprocher de ma destination finale.
8 derniers kilomètres avant de fouler l'arrivée.

J'arrive à  Barcelonne du Gers, proche voisine d'Aire sur Adour à 5 kms.
Je prendrai bien le temps de m'asseoir sur ce banc ombragé, mais je suis dans une énergie de terminer maintenant cette dernière étape, de savourer mes derniers mètres.
Alors une gorgée d'eau, et je traverse le village qui n'attire pas plus mon attention .
Fini les chemins ;  désormais je longe des petites voies glissant entre lotissements pou enfin aboutir sur mon dernier kilomètre.
Je vois le panneau " Aire sur l'Adour" se rapprocher peut -être même un peu trop vite.
 

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kms

Aire sur Adour, me voilà !
J'avance jusqu’au centre ville, ou je vais me poser dans un bar à l'ombre pour me rafraichir autour d'un Perrier menthe.
J’enlève mes chaussures, et tout en jouant avec mes glaçons, je regarde le pont d’où je viens.
Cela fait seulement 14 jours que je marche, et j'ai l'impression d'être parti plus longtemps.
Tant d'images viennent caresser mon âme, tant de souvenirs ont laissé leur empreinte durant ces moments qui semblent s'étirer sur le fil du Temps.
Je suis heureux. Même mon perrier menthe me semble extraordinaire.

COMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kmsCOMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kms
COMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kmsCOMPOSTELLE 2016 : JOUR 14 - ARBLADE LE HAUT-AIRE SUR L'ADOUR  : 24 kms

Avant de partir prendre un bus, je croise sur une terrasse une grande table avec la plupart des pèlerins qui se sont regroupés pour se délasser et partager tous ensemble cette étape. 
Cela m'émeut intérieurement de les croiser tous ensemble comme si je disais au revoir au chemin.De plaisanteries fusent et je leur souhaite chaleureusement un "bon camino".
J'ai de la place pour quelques produits locaux dans mon sac, et me voici dans le bus pour Tarbes.
Les paysages défilent comme dans un rêve à travers la vitre.
Je suis ici, mais aussi hier et bien plus loin dans mes pensées verdoyantes.
L’arrêt brutal du bus devant la gare SNCF me ramène à la réalité urbaine.
3 heures à dépenser dans une ville pour en rapprocher rapidement les contours, les ruelles cachées et les grandes places.
Mais ce soir encore, j'ai envie de lenteur et d'apprécier chaque minute qui glisse sur l'horloge du temps.
Je griffonne des notes de cette journée sur la terrasse, et reste à observer les passants qui s'activent comme des fourmis infatigables.
Je vais prendre mon train dans une heure qui me ramènera sur PARIS.
Mais je reviens différent, chargé d'une nouvelle énergie nourrie au cours de ce périple.
Je reviens léger,délesté de "valises" que j'ai laissé en cours de route.
Mon corps est fatigué, mais mon âme joyeuse comme un enfant.

Alors, avant d'aller rejoindre ce train, je souhaite porter un toast :
à la Vie, à la magie de ses expériences qui vous font devenir papillon et remercier le Chemin.;
à chacun et chacune d'entre vous qui ,malgré ses doutes et ses peurs, osera poser le premier pas pour le début d'une belle aventure avec soi-même
et citer pour vous encourager les mots de Susanna Tamaro


"Quand plusieurs routes s'offriront à toi et que tu ne sauras pas laquelle choisir, n'en prends pas une au hasard, mais assieds toi et attends
.Attends encore et encore.
Ne bouge pas, tais toi et écoute ton cœur.
Puis, quand il te parlera, lève toi et va ou il te porte"

Je vous souhaite un bon Camino à venir !
.
 

 

Cet article vous a plu ?
N'hésitez pas à me laisser un commentaire ou le partager :-)

Envie d'en lire un peu plus ?

vous pouvez retrouver le début de cette partie du chemin "Conques - Aire sur l'Adour"
ici !

Pour le début de l'aventure depuis le PUY EN VELAY, cliquez ici !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nicolas Geinoz 05/05/2020 09:00

Encore une fois une belle aventure intérieure qui s'achève (provisoirement).
Je lis votre blog un petit peu chaque matin et cela me donne l'élan pour commencer ma journée.
Un grand merci!